E-infectious Diseases

Vos questions sur les vaccins

Cliquer sur l’image pour accéder à l’excellent album de « To be or not Toubib« 

Q&R Vaccins : la réponse à toutes les questions que vous ne vous êtes jamais posées

écrit par Erwan, Boris, Paul

Sommaire

Q&R P1
1a) De quoi sont composés les vaccins ? J’imagine qu’il y a autre chose que des déjections de chauve-souris ou du vomi de pangolin ?
1b) Quelles différences y a t’il entre les vaccins Pfizer-BioNtech, Moderna et AstraZeneca ?

Q&R P2
2a) Quelle est l’efficacité des vaccins ?
2b) Les trois vaccins apportent-ils le même type de protection ?
2c) La réponse immunitaire induite par une contamination est-elle équivalente à celle induite par un vaccin ?
2d) Est-ce que le fait d’être porteur asymptomatique signifie qu’on a un système immunitaire plus robuste que les symptomatiques ou est-ce juste une question de charge virale plus ou moins forte?
2e) Puis-je être porteur et transmettre le Covid-19 alors que j’ai été vacciné ?
2f) Les vaccins sont-ils efficaces sur les variants du Covid-19 ?
2g) Une nouvelle vaccination sera-t-elle nécessaire chaque année ?

Q&R P3
3a) Sait-on quels effets secondaires peuvent survenir ? sont-ils différents selon les 3 vaccins ?
3b) Y a t’il des contre indications aux vaccins ?
3c) Le vaccin est-il compatible avec la grossesse et l’allaitement ?
3d) Y a t’il un risque que l’ARN de vaccin à ARN se retrouve dans nos cellules reproductrices ?

Q&R P4
4a) Pourquoi faut-il conserver le vaccin Pfizer-BioNtech à -80°C ?
4b) Quand aura-t-on des vaccins qui n’auront pas besoin d’être congelés ?
4c) Les différentes populations (jeunes / vieux, personnel soignant, autres personnes vulnérables, etc) recevront-elles des vaccins différents ?
4d) Quel est l’ordre de priorités pour la vaccination ?
4e) Comment les vaccins ont-ils pu être développés aussi rapidement ?
4f) Pourquoi n’y a t il pas eu d’autres vaccins à ARN pour l’être humain jusqu’à maintenant ?

Q&R P5
5a) Vaccin Pfizer/BioNtech: une seule dose suffit?
5b) J’ai déjà eu le Covid-19, dois-je me faire vacciner ?
5c) Dois-je me faire tester avant de me faire vacciner ?
5d) Si je suis vacciné, devrai-je quand même porter le masque ?

I – Q&R Généralités

De quoi sont composés les vaccins ? J’imagine qu’il y a autre chose que des déjections de chauve-souris ou du vomi de pangolin ?
Nous expliquons de quoi sont composés les vaccins et comment ils fonctionnent dans notre article https://www.einfectiousdiseases.com/les-vaccins-comment-ca-marche/

Quelles différences y a t’il entre les vaccins Pfizer-BioNtech, Moderna et AstraZeneca ?
Les vaccins Pfizer-BioNtech et Moderna sont des vaccins à ARN messager (ARNm) : ils contiennent uniquement un ARNm, codant la protéine de spicule (S) du SARS-CoV-2 (le coronavirus), enrobé dans une vésicule lipidique (qui est un peu comme une bulle de savon dans l’eau). Après l’injection du vaccin, l’ARNm est utilisé par quelques cellules musculaires du receveur pour produire la protéine S pendant quelques jours, avant d’être détruit. Le système immunitaire apprend à reconnaître la protéine S et peut protéger efficacement l’organisme en cas d’infection par le SARS-CoV-2.
Il y a peu de différences entre les deux vaccins : l’ARNm utilisé est le même, mais les lipides utilisés sont différents et le vaccin Moderna est deux fois plus concentré que le vaccin Pfizer-BioNtech.
Le vaccin d’AstraZeneca est un vaccin recombinant : c’est un virus de chimpanzé, inoffensif chez l’humain, qui a été modifié pour exprimer la protéine S. Actuellement (25 janvier), il n’a pas été approuvé pour la mise sur le marché en Europe.

II – Q&R Vaccins et immunité

Quelle est l’efficacité des vaccins ?
L’efficacité d’un vaccin est égale à la proportion de cas de la maladie (ici le COVID-19) que le vaccin permet d’éviter. Elle se mesure lors d’un essai clinique où un grand nombre de personnes reçoit un placebo ou le vaccin : en notant Np le nombre de personnes ayant reçu le placebo qui ont attrapé le COVID-19 et Nv le nombre de personnes ayant reçu le vaccin qui ont attrapé le COVID-19, l’efficacité est égale à (Np-Nv)/Np.
Suite aux essais cliniques de phase 3 sur respectivement 43000 et 30000 volontaires, l’efficacité annoncée des vaccins Pfizer-BioNtech et Moderna est la même, 95%. Cependant, chez les plus de 65 ans, l’efficacité est de 86% chez Moderna contre toujours 95% pour Pfizer.
L’efficacité du vaccin AstraZeneca n’est que de 60%, mais lors des essais cliniques, l’efficacité était de 90% chez les personnes ayant reçu une demie-dose de vaccin à la première injection. On ne sait pas encore s’il s’agit d’un coup de chance lié au petit nombre de personnes ayant reçu une demie-dose ou d’un réel effet.
La protection contre les formes graves de COVID-19 semble quasi-parfaite pour les trois vaccins : aucun cas grave de COVID-19 n’a été observé chez les personnes vaccinées par Moderna ou AstraZeneca, un seul chez celles vaccinées par Pfizer-BioNtech.

Les trois vaccins apportent-ils le même type de protection ?
Les vaccins Moderna et Pfizer-BioNtech induisent la production d’anticorps à des niveaux similaires, mais il semble que seul le second active les lymphocytes T CD8+, une autre forme d’immunité adaptative basée sur l’élimination des cellules infectées, là où les anticorps s’attaquent directement au pathogène.
Le vaccin AstraZeneca induit la production d’anticorps et l’activation des lymphocytes T CD8+.

La réponse immunitaire induite par une contamination est-elle équivalente à celle induite par un vaccin ?
Dès la première dose de vaccin, les personnes vaccinées produisent en moyenne plus d’anticorps contre le coronavirus que les personnes qui ont été infectées. La deuxième dose permet d’augmenter encore plus la production d’anticorps. Cependant, on ne peut pas encore savoir combien de temps la mémoire immunitaire induite par le vaccin ou l’infection demeure efficace.

Est-ce que le fait d’être porteur asymptomatique signifie qu’on a un système immunitaire plus robuste que les symptomatiques ou est-ce juste une question de charge virale plus ou moins forte?
Il existe de plus en plus de preuves que les symptomatiques et les asymptomatiques ont des charges virales similaires. Il semble donc que la gravité des symptômes dépend principalement de l’état de santé initial de la personne infectée.

Puis-je être porteur et transmettre le Covid-19 alors que j’ai été vacciné ?
On ne sait pas encore, bien que quelques données soient tout de même prometteuses. Chez Moderna, le nombre de patients asymptomatiques était moins élevé (0,1 %) dans le groupe vacciné que dans le groupe témoin (0,3 %), après deux injections. Du côté d’AstraZeneca (dont le vaccin n’a, à ce jour, pas encore reçu d’autorisation de mise sur le marché par l’EMA, l’agence européenne du médicament), une demi-dose lors de la première injection protégeait à 58 % contre les infections asymptomatiques. Il est plus difficile de savoir si le vaccin empêche la transmission du virus que de savoir s’il empêche de tomber malade. En effet, dans le deuxième cas il suffit de compter combien de personnes tombent malades dans le groupe vacciné et dans le groupe placebo, tandis que pour étudier la transmissibilité il faut :
1) identifier des porteurs asymptomatiques par test PCR parmi les vaccinés
2) identifier d’autres porteurs du virus dans leur entourage
3) être capable de prouver si ces porteurs ont été contaminés par la personne vaccinée ou par quelqu’un d’autre
Les études de transmissibilité sont longues, difficiles et requièrent beaucoup d’informations, ce qui explique que l’on n’ait pas encore de réponse pour les vaccins.

Les vaccins sont-ils efficaces sur les variants du Covid-19 ?
Aucune certitude sur ce point. A priori, les vaccins seraient efficaces contre le variant britannique, mais le variant sud-africain suscite davantage de questionnements. Et une mutation, également détectée au Brésil et au Japon, « est la plus inquiétante de toutes » sur le plan de la réponse immunitaire, estime Ravi Gupta, professeur de microbiologie à l’Université de Cambridge, interrogé par l’AFP. En effet, elle diminuerait la reconnaissance du virus par les anticorps, et donc sa neutralisation.

Une nouvelle vaccination sera-t-elle nécessaire chaque année ?
« Il est possible que le Covid-19 devienne une maladie saisonnière comme la grippe », explique la Spilf. Aussi, deux éléments devront faire l’objet d’une surveillance particulière : la durée de l’immunité induite par le vaccin et l’évolution du virus. En effet, si l’organisme n’est plus capable de reconnaître le virus au bout de quelques mois ou années, il faudra se faire vacciner à nouveau ; et si le vaccin ne protège pas contre certaines nouvelles souches, il faudra produire de nouveaux vaccins contre elles.

III – Q&R Dangers des vaccins

Sait-on quels effets secondaires peuvent survenir ? sont-ils différents selon les 3 vaccins ?
Les trois vaccins provoquent chez une partie des patients une douleur ou un gonflement au niveau de la piqûre, une fatigue musculaire ou articulaire, de la fièvre ou des maux de tête. Il s’agit d’effets secondaires bénins et fréquents pour les vaccins, qui ne durent que quelques jours. Ils sont provoqués par la réaction immunitaire qui est précisément ce que le vaccin est censé provoquer. Ces effets secondaires sont plus fréquents chez les jeunes que les vieux, et avec le vaccin Moderna que chez Pfizer-BioNtech ou AstraZeneca.
En plus des effets indésirables bénins, une personne parmi les milliers de participants aux essais cliniques du vaccin AstraZeneca a développé une myélite transverse, et on ne sait pas encore si le vaccin en est la cause. De même, 8 personnes ayant reçu les vaccins Moderna ou Pfizer-BioNtech ont développé une paralysie faciale temporaire, un effet secondaire déjà identifié avec un vaccin à ARN contre la rage ; mais d’après les données actuelles, la fréquence de cet effet secondaire n’est pas significativement différente de son incidence naturelle en absence de vaccin.
Contrairement aux rumeurs, il n’existe actuellement aucun indice que les vaccins COVID aient provoqué des décès. Parmi les millions de personnes vaccinées dans le monde, quelques dizaines sont mortes peu après la vaccination, ce qui était prévisible puisque les personnes malades ou âgées sont prioritaires pour la vaccination : la mortalité chez ces populations est la même sans ou avec vaccination.

Y a t’il des contre indications aux vaccins ?

Le vaccin Pfizer-BioNtech contient du PEG, un allergène qui peut provoquer des chocs anaphylactiques chez certaines personnes. Les personnes ayant déjà eu des réactions allergiques graves ne doivent donc pas recevoir ce vaccin.
Les maladies auto-immunes et le syndrome de Guillan-Barré ne sont pas des contre-indications aux vaccins Pfizer-BioNtech et Moderna.

Il n’est pas prévu d’administrer le vaccin aux enfants, adolescents et femmes enceintes, car le vaccin n’a pas été testé sur ces populations lors des essais cliniques.

Le vaccin est-il compatible avec la grossesse et l’allaitement ?
Les femmes enceintes n’étaient pas recrutées dans les essais cliniques pour les vaccins Pfizer-BioNtech et Moderna; cependant, 36 grossesses inattendues ont eu lieu dans ces essais, et aucun effet indésirable n’a été signalé. De plus, aucun effet indésirable sur la grossesse et le développement du fœtus n’a été signalé lors des essais précliniques menés sur des animaux aussi bien par Pfizer que par Moderna. Toutefois, des études spécifiques étant encore prévues sur cette question, les femmes enceintes sont pour l’instant exclues de la campagne de vaccination. Selon l’EMA (agence européenne du médicament), la vaccination ne sera envisagée que si le bénéfice attendu est supérieur au risque éventuel. En ce qui concerne l’allaitement, il n’existe pas encore de données sur un éventuel passage du vaccin dans le lait maternel. Le vaccin est donc autorisé bien que non recommandé pour les femmes concernées.

Y a t’il un risque que l’ARN de vaccin à ARN se retrouve dans nos cellules reproductrices ?
C’est très peu probable. Si cela était aussi simple, il serait très facile de faire du génie génétique. Les vaccins à ARN sont injectés directement dans les muscles du bras et sont rapidement détruits dans l’organisme : ils n’ont presque aucune chance de se déplacer jusqu’aux cellules reproductrices. Même si c’était le cas, le risque de modification génétique est négligeable car il faudrait pour cela qu’il soit transporté dans le noyau cellulaire, rétrotranscrit en ADN, puis intégré dans le génome : ce processus long et complexe dépend d’enzymes spécifiques qui ne sont pas présentes dans les cellules reproductrices (ni la plupart des cellules du corps).

IV – Q&R Organisation de la campagne vaccinale


Pourquoi faut-il conserver le vaccin Pfizer-BioNtech à -80°C ?
L’ARN seul, tel qu’il est présent dans les vaccins Moderna et Pfizer-BioNtech, est une molécule très fragile. Sans réfrigération, il serait déjà détruit au moment de la vaccination. La fragilité de l’ARN est aussi l’une des raisons pour lesquelles il est éliminé de l’organisme seulement quelques jours après la vaccination.
Les vaccins à ARN peuvent donc être conservés quelques jours dans un réfrigérateur, quelques semaines dans un congélateur normal, mais pour des conservations plus longues il faut utiliser des réfrigérateurs à très basse température. Pour éviter cela, Moderna utilise des vésicules lipidiques plus résistantes que celles de Pfizer-BioNtech, mais surtout mise sur une distribution et utilisation rapide de son vaccin.

Quand aura-t-on des vaccins qui n’auront pas besoin d’être congelés ?
L’agence européenne des médicaments, responsable de l’évaluation des médicaments et vaccins, annoncera le 29 janvier si elle autorise ou non le vaccin AstraZeneca, un vaccin recombinant qui est conservé entre 2 et 8°C.

Les différentes populations (jeunes / vieux, personnel soignant, autres personnes vulnérables, etc) recevront-elles des vaccins différents ?
Au vu des faibles différences d’efficacité et de sûreté entre les vaccins, ce n’est pas prévu.

Quel est l’ordre de priorités pour la vaccination ?
D’après le journal Le Monde, l’ordre de vaccination en France est le suivant :
première phase : les résidants des Ehpad (750 000 personnes) et les salariés de ces établissements âgés de plus de 65 ans et/ou présentant des comorbidités ;
deuxième phase : les personnes âgées de plus de 75 ans, « puis les personnes de 65 à 74 ans ayant une comorbidité, puis les autres personnes de 65-74 ans », ainsi que les « professionnels du secteur de la santé, du médico-social et du transport sanitaire, en priorisant les professionnels âgés de plus de 50 ans » ou présentant un facteur de risque de forme grave ;
troisième phase : « l’ensemble des personnes de plus de 50 ans ou de moins de 50 ans mais à risque de forme grave du fait de leurs comorbidités » ainsi que « l’ensemble des professionnels du secteur de la santé et du médico-social » et les « professionnels issus des secteurs indispensables au fonctionnement du pays » ;
quatrième phase : les « professionnels dont l’environnement de travail favorise une infection (contacts réguliers avec le public, milieu clos…) » et les « personnes vulnérables ou précaires ayant un pronostic moins favorable en cas d’infection par le Covid-19 » ;
cinquième phase : toute personne de plus de 18 ans, sous réserve de doses de vaccins en nombre suffisant
La France en est actuellement à la deuxième phase.

Comment les vaccins ont-ils pu être développés aussi rapidement ?
Alors qu’il faut habituellement plusieurs années pour développer un vaccin, une seule a suffi pour les vaccins COVID-19, grâce à la combinaison de plusieurs facteurs :
1) la recherche de vaccins a mobilisé des ressources humaines, financières et industrielles énormes qui ont permis de faire plus de travail en moins de temps et de lancer rapidement la production à grande échelle
2) l’incidence du COVID-19 est très élevée et les essais cliniques rassemblent un grand nombre de participants, ce qui permet d’évaluer rapidement l’efficacité des vaccins. En effet, l’efficacité des vaccins se calcule en attendant que quelques dizaines de participants soient infectés par le pathogène contre lequel le vaccin est dirigé, puis en comptant combien de ces participants avaient reçu le vaccin et combien un placebo. Plus le pathogène est rare, plus il faut attendre longtemps.
3) la technologie des vaccins à ARN permet une conception très rapide des vaccins (il suffit de séquencer le génome du pathogène), qui avec d’autres technologies prend plusieurs mois
4) l’administration a mis en place des procédures d’évaluation en continu des résultats des essais cliniques, qui accélèrent la prise de décision
5) En raison de l’urgence sanitaire, il a été décidé de ne pas tenir compte de potentiels effets secondaires qui surviendraient plus de 6 mois après la vaccination. En effet, aucun vaccin n’a jamais déclenché d’effets indésirables commençant plus de 2 mois et demi après vaccination.

(Crédits: Twin_teachers)

Pourquoi n’y a t il pas eu d’autres vaccins à ARN pour l’être humain jusqu’à maintenant ?
La technologie des vaccins à ARN a été développée dans les années 1990 et 2000. Des vaccins à ARN vétérinaires sont déjà commercialisés contre l’influenza porcine, et d’autres vaccins ont déjà été testés chez l’humain contre Zika, le VIH, la grippe, la rage, le cytomégalovirus et même certaines formes de cancer. Au total, plus de 10 000 personnes avaient déjà reçu des vaccins à ARN avant les vaccins COVID-19. Ces vaccins n’ont pas encore été commercialisés chez l’humain car ils ne bénéficient pas des facteurs d’accélération qu’ont eu les vaccins COVID-19, et doivent souvent faire face à la concurrence d’autres vaccins déjà établis.

V – Q&R Questions pratiques


Vaccin Pfizer/BioNtech: une seule dose suffit?
Le rappel vaccinal renforce très nettement la mémoire immunitaire. Par conséquent, il est prévu d’administrer deux doses des vaccins Pfizer-BioNtech, Moderna et AstraZeneca à respectivement 3, 4 et 4 semaines d’intervalle.

J’ai déjà eu le Covid-19, dois-je me faire vacciner ?
Les anciens malades ne sont pas prioritaires pour la vaccination car ils ont déjà développé une mémoire immunitaire contre le coronavirus. Le vaccin leur serait tout de même bénéfique car il joue le rôle de rappel et renforce la mémoire immunitaire : les personnes ayant déjà contracté le Covid-19 auront donc le droit de se faire vacciner. Dans ce cas, il faudra respecter un délai minimal de trois mois après le début des symptômes et ne pas présenter de symptômes persistants.

Dois-je me faire tester avant de me faire vacciner ?
Non, sauf en cas de contact avec une personne malade. En cas de précédente contamination au coronavirus, il suffira, après avoir pris conseil auprès de son médecin, d’attendre trois mois après le début des symptômes.

Si je suis vacciné, devrai-je quand même porter le masque ?
Le masque reste bel et bien obligatoire pour les personnes vaccinées, qui doivent d’ailleurs également continuer à respecter les gestes barrières. En effet, on ne sait pas encore si les vaccins protègent contre la transmission du virus.

D’autres questions ? Demandez-nous dans les commentaires ou parlez-en à votre médecin.

Références

vaccin Pfizer-BioNtech : https://www.mesvaccins.net/web/vaccines/658-comirnaty
vaccin Moderna : https://www.mesvaccins.net/web/vaccines/656-covid-19-vaccine-moderna
vaccin AstraZeneca : https://www.mesvaccins.net/web/vaccines/650-oxford-chadox1-covid
immunogénicité et conservation des vaccins à ARN : https://www.nature.com/articles/d41587-020-00022-y?fbclid=IwAR1OSbq0RoYNB3G1u1Gcnl2r-WutNO8_STkwQsDccu-Sa943yNAqgxr-3-U

porteurs asymptomatiques : https://www.inspq.qc.ca/sites/default/files/covid/2989-asymptomatiques-potentiel-transmission-covid19.pdf, https://thorax.bmj.com/content/76/1/61#T1

Vaccins ARN : Three decades of messenger RNA vaccine development

1 commentaire

Un petit commentaire :) ?

  • Bonjour,
    Comment expliquez vous tous les nombreux retards de livraisons des vaccins et les nombreux problèmes de logistiques qui auraient pu (et du) facilement être anticipés.

    edit du 28/02: merci pour votre réponse (je n’avais pas vu que vous m’aviez répondu en privé par mail 🙂 )

E-Infectious disease, le blog qui vous fait voyager dans le monde infiniment petit. Informations sur la science des maladies infectieuses pour une meilleure Santé.

Nos réseaux sociaux

A NE PAS RATER !

Notre FAQ sur les vaccins Moderna, Pfizer, …

 

Ne manquez pas notre magazine sur le VIH !

%d blogueurs aiment cette page :